KALYMNOS


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Cachot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mythocles
ROI DE KALYMNOS
avatar

Nombre de messages : 202
Localisation : Admin
Date d'inscription : 01/12/2004

MessageSujet: Le Cachot   Sam 28 Mai - 21:53

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysandre
Rôtisseur
avatar

Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 31/01/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Ven 9 Sep - 11:22

[Le Jardin]

Vacillant sous sa charge, Lysandre entra dans la petite pièce. Elle était fraiche et sentait l'urine. Comme tous les cachots qu'il avait pu voir en fait. Le rôtisseur avança de quelques pas et déposa Atreides contre un mur. Même dans l'inconscience, ses traits n'avaient pas l'air paisibles... Qui sait quels rêves l'agitaient en ce moment ? Sans doute des cauchemars.
Le jeune homme s'étira, essayant de remettre de l'ordre dans ses pensées. D'abord, aller voir comment se portait Anthéa... Puis revenir à la rôtisserie. Laisser Lysea et Aeneas seuls trop longtemps lui déplaisait.


*Comment fais-tu pour te mettre dans des situations pareilles ?*

Son ricannement fut étouffé par les murs de pierre.

[Jardin]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atreides
Esclave
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 28/05/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Lun 19 Sep - 14:42

[Jardin]

Atreides s'était senti soulevé. Ses pensées étaient confuses, tant la douleur lui vrillant les tympans l'empêchait de réfléchir à quoi que ce soit. Il avait déposé sa tête contre ce qu'il devina être une épaule, afin qu'elle ne se balance plus dans tous les sens, mouvement qui ne faisait qu'empirer son mal. L'air changea soudainement, passant de la chaleur extérieure à une fraîcheur bien différente. L'esclave voulut se dégager de l'étreinte de laquelle il était prisonnier, mais n'arriva qu'à remuer faiblement ses membres engourdis.

Le dos contre le mur, l'Athénien dut se battre pour ne pas perdre de nouveau conscience. Il eut le temps d'apercevoir le rôtisseur - quel était son nom, déjà? - le dévisager, pour ensuiter lui tourner le dos et l'enfermer au milieu des ténèbres. Un grognement sourd s'échappa de sa gorge avant que ses yeux ne se ferment, l'expédiant tout droit dans le royaume de Morphée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iry-Hor
Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Admin
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: Le Cachot   Mar 22 Nov - 2:55

[Pièce de Séjour]

Iry-Hor posa son sac sur le sol et souleva la lourde barre de bois qui bloquait la porte du cachot.
La reposant à coté de l'ouverture, il tira la porte à lui et pénêtra dans la petite pièce sombre.
Une vague odeur de paille souillée lui fit froncer le nez et il maudit le crétois pour le manque d'hygiene qui régnait là.
Quand ses yeux se furent habitués à l'obscurité, il découvrit une silhouette écroulée contre le mur.

D'un geste, il demanda à voix basse à l'esclave qui l'accompagnait d'aller chercher de quoi nettoyer le sol et de la paille propre pour garnir l'endroit.
Quand ce fut fait, il lui indiqua une place où déposer la cuvette d'eau bouillante qu'il tenait avec des linges pour ne pas se brûler, puis lui demanda d'attendre à l'extérieur.
Alors seulement, il s'approcha de l'homme inconscient qui était retenu là et le dévisagea.
Ses traits lui étaient inconnus, Anthéa avait dit qu'il était nouveau.

Accroupi pres de l'esclave, il murmura en s'abstenant de le toucher pour éviter de l'effrayer
.

"M'entends tu ? Es-tu conscient ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-venise.forumactif.com
Atreides
Esclave
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 28/05/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Jeu 24 Nov - 3:25

Un bruit sourd, à peine perceptible, du tissu entrant en contact contre le sol. Bientôt suivi du grincement de la porte de bois qu'on poussa. Puis, la lumière du jour. L'esprit toujours brumeux, sa conscience qu'à moitié revenue, Atreides poussa un léger grognement. Il avait l'horrible impression que sa tête était sur le point d'éclater. Il voulut relever sa main pour la porter à l'arrière de son crâne, mais bouger ne serait-ce que son petit doigt lui semblait impossible pour le moment.

Malgré ses yeux toujours clos, l'Athénien sentit des présences dans la pièce, impression qui fut confirmée lorsqu'il entendit une voix chuchoter des ordres au second individu se tenant debout, non loin de lui. Demeurant immobile, il eut conscience d'un objet déposé contre le sol et de nouvelles paroles échangées, toujours à mi-voix.

S'éleva alors une voix. Les traits de l'esclave se détendirent quelque peu. Ce n'était pas Nicias tel qu'il l'avait craint. D'un côté, il aurait bien voulu prendre sa revanche sur ce damné Crêtois, mais d'un autre, il se savait incapable de s'exécuter dans son état actuel. Cette voix lui était pourtant inconnue. Ce n'était ni celle du rôtisseur, ni celle d'Anthéa. Qui alors?


" Es-tu chargé de m'envoyer aux Enfers, étranger, " siffla Atreides, les sourcils froncés, " ou bien ta tâche ne consiste-t-elle qu'à me rosser? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iry-Hor
Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Admin
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: Le Cachot   Jeu 24 Nov - 5:28

Iry-Hor assis sur ses talons, sortait de son sac les différents pots d'onguents qui devaient lui servir à soigner l'homme quand celui-ci, reprenant ses esprits s'adressa à lui.
L'hostilité dans sa voix fit sourciller le guérisseur.
Décidement, où qu'il aille dans cette villa et quelques soient ses intentions, il était mal accueilli.
Cependant, il ne laissa rien paraître de sa lassitude et posant à nouveau le regard sur l'esclave, eut un sourire en coin
.

"Je serais vraiment un piètre guérisseur si mes soins devaient te conduire aux Enfers. Quant à te rosser, il semble qu'un autre que moi s'y soit déjà employé. Anthea dit que tu es blessé, je suis ici pour arranger cela."

Il fit une pause, pendant laquelle il fit glisser le petit reptile de son bras à sa cheville cachée par le pan de son pagne long.

"Tu peux refuser que je te soigne, mais j'aimerais bien que tu me regardes quand je te parle. Nous sommes seuls et tu n'as rien à craindre de moi."

Sa voix douce, son ton légèrement indifférent montrait qu'il lui était égal de rester ou de partir. L'homme avait le choix de le renvoyer ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-venise.forumactif.com
Atreides
Esclave
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 28/05/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Jeu 24 Nov - 5:50

Atreides hocha imperceptiblement la tête en apprenant que son interlocuteur était guérisseur. Il fut surpris d'apprendre que c'était Anthéa qui l'avait envoyé jusqu'à lui. Après sa conduite envers elle, la jeune femme aurait très bien pu inciter Nicias à venir le punir plus sévèrement ou même, à le tuer. Tuer un esclave aurait pu être considéré comme une mesure de sécurité, de légitime défense. Un esclave rebelle et agressif qui s'était révolté une fois contre son maître pouvait facilement recommencer une seconde fois et réussir, si on ne le matait pas. Exécuter le jeune homme aurait servi d'avertissement à ceux qui auraient voulu suivre son exemple.

Le Grec serra d'abord les dents en entendant les paroles du guérisseur. Il n'aimait pas qu'on lui donne des ordres ou qu'on le réprimande sur sa façon d'agir, mais il sentait dans le ton de l'homme en face de lui que ce dernier n'aurait aucun remord à le laisser croupir ici, sans lui avoir appliqué ses soins. Atreides pourrait panser son orgueil blessé plus tard. Pour l'instant, il avait besoin des services de l'inconnu.

Abdiquant, Atreides ouvrit les yeux et les écarquilla en voyant pour la première fois celui qui se trouvait accroupi à ses côtés. Quel âge pouvait-il bien avoir? L'âge d'un éphèbe? Plus jeune encore? Et son origine? Était-il... Perse? Non, ses traits lui rappelaient les siens. Égyptien, alors? L'esclave tut les interrogations qui lui brûlaient les lèvres et marmonna plutôt:


" Je ne te crains pas, guérisseur. "

Il avait consenti à confronter le regard du garçon, mais cela ne signifiait pas qu'il adoucirait son ton. La rage qu'il avait ressentie lors de l'affrontement contre le Crêtois bouillonnait toujours en lui.

" Pas plus que je ne crains ce Crêtois maudit, " ajouta-t-il, les dents serrées. " Ce traîte déloyal m'a attaqué par derrière par je ne sais quel sortilège... "

L'Athénien porta sa main à sa tête, palpant en grimaçant la bosse qui s'était formée sur son crâne. Le toucher poisseux du sang le fit froncer les sourcils de plus belle. Le Crêtois paierait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iry-Hor
Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Admin
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: Le Cachot   Jeu 24 Nov - 6:13

Iry-Hor ne put réprimer le rire qui força ses lèvres aux paroles de l'esclave, pourtant il continua de parler bas.

"Un sortilège ! Crois-tu le crétois assez intelligent pour avoir pu mettre les dieux de son coté ? Je l'ai vu et entendu moi-même provoquer Sekhmet. Et pour tout te dire.."

Un immense sourire fit étinceler les yeux sombres.

".. il n'aurait pas dû. Mais l'instant n'est pas aux récits. Et pour te répondre, tu n'as rien à craindre de moi. Je ne suis pas à la solde de Nicias, ni d'aucun de ses semblables."

Il s'approcha de l'homme et agita le doigt en direction de sa tête, geste enfantin qui confirmait son jeune âge.

"Baisse la tête, que je vois ce que tu as."

Du bout des doigts, il écarta les cheveux pour révéler la blessure ensanglantée. Il eut une petite grimace et alla tremper un linge propre dans l'eau bouillie pour nettoyer la plaie.

"Et bien ce rôtisseur ne t'a pas raté. Il aurait aussi bien pu te fendre le crâne. Pourtant, tu as de la chance, ce n'est qu'une profonde entaille. Je vais appliquer un onguent qui va empecher qu'une infection ne s'y mette et tu eviteras d'y toucher. Je pense que ta tête va résonner du coup que tu as reçu pendant un bon moment."

Il prit un petit pot et appliqua l'onguent annoncé. Se faisant, il réflechissait aux conséquences qu'une telle blessure pouvait engendrer. Mais l'homme semblait robuste et parlait de façon cohérente ce qui était bon signe.

"Je suis Iry-Hor, quel est ton nom ? Je ne crois pas t'avoir déjà aperçu dans la cité. Es-tu de la vente qui a eu lieu ce matin ?"

Il ferma un instant les yeux, se souvenant de l'humiliation qu'il avait ressentie à être exposé sur l'estrade lors de sa propre vente. Jamais il n'oublierait la haine qu'il avait éprouvée pour les visages levés vers lui, qui le jaugeaient, le soupesaient comme la marchandise qu'il était alors. Une grimace de dégout plissa inconsciemment son nez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-venise.forumactif.com
Atreides
Esclave
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 28/05/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Ven 25 Nov - 6:54

Atreides fut trop intrigué par les paroles du guérisseur pour être offusqué lorsque celui-ci lui rit au nez. Avant de quitter cette île pour revenir à Athènes en conquérant, il se serait vengé du Crêtois. On n’insultait pas Atreides d’Athènes sans en payer les conséquences. Une nouvelle vague de douleur apaisa son impatience avide d’en apprendre plus sur son propriétaire, même si l’esclave ne manqua pas de noter dans un coin de son esprit d’interroger l’égyptien à ce sujet. Comme il ne semblait porter aucun amour au Crêtois, le faire parler ne serait sûrement pas si difficile...

Serrant les dents alors qu’une compresse d’eau chaude était appliquée contre sa plaie béante, le jeune homme se concentra sur ce que lui expliquait le guérisseur. C’était donc le rôtisseur qui s’en était pris à lui… Il fronça les sourcils en apprenant la nouvelle. Cette île et ses habitants lui étaient hostiles, vivement son retour dans sa Cité afin qu’il s’éloigne de tous ces mauvais traitements et ces humiliations.

Le nom du garçon vint confirmer les suppositions du Grec quant à ses origines. Il n'était pas mécontent d'être tombé entre les mains d'un guérisseur égyptien. Ceux-ci étaient reconnus pour leurs dons dans ce domaine. Ce qui n'empêchait pas le fait qu'ils étaient des barbares, vénérant leur 'pharaon' comme un véritable dieu, une chose inacceptable pour tout bon citoyen vivant dans une démocratie.


« Mon nom est Atreides, stratège… ou plutôt, ancien stratège d’Athènes. Je me tenais au Parthénon, il y a de cela quelques temps, en citoyen libre. Je m'apprêtais à diriger la Cité, à devenir plus puissant qu'aucun homme ne l'a jamais été... Et me voilà à présent esclave d’un Crêtois, » gronda-t-il, insufflant autant de dégoût qu’il le pouvait dans les mots ‘esclave’ et ‘Crêtois’.

Il serra les poings, les souvenirs de la vente lui revenant en tête.


« Le marchand, ce porc immonde… Je l’aurais étranglé de mes mains nues si on ne les avait pas entravées! Il m’a traité comme le dernier des barbares et m’a exhibé devant cette populace dégoûtante! »

Un frisson parcourut son échine en se remémorant ces regards sur sa peau nue, ces mains tendues vers lui, offrant des prix risibles pour sa personne. Lui qui était habitué à susciter l’admiration pour son éloquence et ses talents d’orateur, il avait été réduit au niveau de bétail sous les yeux de ces misérables hommes et femmes.

« Mais la conduite de cet infâme commerçant envers moi était déjà préférable à celle de ce Crêtois, qui semble croire que demain, il partagera une coupe de nectar en compagnie de Zeus Lui-même! Il a peut-être réussi à m’avoir cette fois, par la ruse et la fourberie, mais la prochaine fois, je promets que ce sera ce sauvage qui en pâtira. »

Son regard intense se posa sur le visage d'Iry-Hor, lui communiquant toute cette rage intérieure qui le consumait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iry-Hor
Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Admin
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: Le Cachot   Sam 26 Nov - 23:40

L'égyptien inclina la tête sur le coté et eut une légère moue en réponse à la colère de l'esclave.

"Pense à survivre d'abord. La vengeance vient toujours. Un jour celui là même qui te traite en inférieur et s'octroie sur toi des droits iniques, un jour celui-là même viendra t'implorer de lui rendre service. Et ce jour-là il ne tiendra qu'à toi de lui accorder ce qu'il demande.. ou non."

Il sourit et hocha à nouveau la tête.

"Pour le moment, toi l'Athénien tu dépends de moi. Et je dois dire.."

Le sourire s'élargit alors que le regard se faisait plus froid.

".. qu'il m'est agréable de penser que je puis te soigner.. ou non. Car pour moi, vois-tu.."

Il se redressa sur les genoux et sa bouche tout à coté de l'oreille d'Atreides exhala un souffle doux et parfumé des racines de réglisse qu'il machait quotidiennement pour le soin de ses dents.

".. crétois et grec, vous vous valez bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-venise.forumactif.com
Atreides
Esclave
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 28/05/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Dim 27 Nov - 5:26

Un léger sourire retroussa les lèvres d’Atreides, les paroles d'Iry-Hor lui faisant imaginer de bien belles scènes. Le Crêtois le suppliant pitoyablement de lui épargner la vie, rampant à ses pieds en implorant sa miséricorde et lui, Atreides, ne faisant preuve d’aucune faiblesse et mettant un terme à l’existence de cet être méprisable.

Le discours que lui tint le guérisseur prit ensuite une tournure qui fut loin de lui plaire. Dépendre de lui? Dépendre de quiconque? L’esclave durcit la mâchoire, sa colère incontrôlable menaçant de refaire surface. Il détestait ce sourire sur les lèvres de l’égyptien, il détestait cette lueur glaciale dans son regard, il détestait cette bouche lui soufflant des insultes empoisonnées au parfum pourtant si envoûtant. Le brave Ulysse et l’enchanteresse Circée.

N’en tenant plus, Atreides saisit brutalement le garçon par la gorge et se releva à son tour, ignorant la douleur qui enflamma tout son corps en exécutant ce mouvement brusque. Ses yeux noirs lançaient des éclairs alors qu’il rapprochait le visage d’Iry-Hor du sien.


« Je ne dépends de personne, égyptien, » siffla-t-il.

Sa main puissante resserra sa prise autour du cou gracile de sa capture. Ses doigts laisseraient probablement des marques dans la peau délicate, mais il n'en avait cure. Que tous puissent voir ce qui se produisait lorsqu'on le provoquait.


« Je préfère mourir – tu m’entends? – mourir que de jamais devenir le jouet de qui que ce soit, martela-t-il, détachant chacun de ses mots. Ne répète jamais que je suis égal à ce barbare de Crêtois, si tu tiens à ta misérable vie. Si tuer Anthéa et son maître avait été le prix de ma liberté, je l’aurais payé sans aucun remord… tout comme je n’aurai aucun remord à te tuer, même si cela me prive de tes services de guérisseur. »

Il laissa tomber le garçon sur le sol avant de se détourner de lui, la fureur courant toujours dans ses veines. Une nouvelle vague d'intense et aveuglante douleur le frappa de plein fouet, l'obligeant à appuyer ses mains contre le mur du cachot pour se tenir debout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iry-Hor
Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Admin
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: Le Cachot   Dim 27 Nov - 5:44

Iry-Hor n'eut pas le temps de se rejeter en arrière que dejà l'homme le saisissait à la gorge et se redressait, le soulevant de terre.
L'égyptien accrocha son poignet de sa main fine pour tenter de desserrer la prise qui l'étranglait, mais rien n'y fit.
Les menaces que l'esclave grondait à quelques centimetres de son visage ne l'impressionnèrent pas, occupé qu'il était à conserver son souffle.
Puis Atreides le rejeta au sol et se détourna, en proie à un violent frisson de douleur.
Iry-Hor se tourna sur le ventre et toussa, respirant la poussière rattrapant son souffle empêché.
Cependant, assez vite un sourire ironique revint sur ses lèvres et il s'assit contre le mur de pierre. Ramenant sa longue tresse rouge devant lui, il entreprit d'en retirer les fetus de paille qui s'y étaient accrochés
.

"Dans ton état, on se tient tranquille plutôt que de mordre la main qui peut te soulager. Même si cette main hait ta race. Mais bien sûr tu es grec et le grec agit plus qu'il ne pense.."

Le petit serpent qui avait quitté l'abri de lin du pagne drapé sur les hanches du garçon glissa de son bras à son épaule et vint s'enrouler, collier d'écailles luisantes autour de sa gorge bleuie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-venise.forumactif.com
Atreides
Esclave
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 28/05/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Dim 27 Nov - 6:16

Le front appuyé contre la pierre nue, Atreides commença à trembler de fureur plus encore que de souffrance lorsqu’Iry-Hor le railla de nouveau. Un grondement de colère s’échappa de sa gorge. S’il n’avait pas été aussi aveuglé par son orgueil démesuré, l’Athénien aurait fait preuve de calme et de lucidité et n’aurait pas poursuivi cette confrontation qui ne menait à rien. C’était après tout lui qu’il punissait en agissant ainsi, démontrant qu’il n’arrivait ni à se maîtriser, ni à réfléchir froidement, ce que lui reprochait justement le garçon. Malheureusement pour lui, son ego comme son agressivité naturelle l’empêchaient de réagir autrement que par la violence, son statut d’esclave ne lui permettant pas de faire quoique ce soit d’autre. Autrefois, à Athènes, il aurait pu détruire la réputation de son adversaire en répandant des calomnies sur son compte, le bannir à jamais de la Cité ou saisir ses biens et vendre sa famille en tant qu’esclaves. À présent qu’il n’était plus qu’Atreides, l’esclave de Nicias le Crêtois, il devait se contenter des moyens qu’il lui restait : la force.

Le Grec fit volte-face et, en quelques pas, réduit l’espace qui le séparait d’Iry-Hor. Il eut la présence d’esprit de ne pas approcher sa main de la gorge du guérisseur où s’était enroulé un serpent, se rabattant plutôt sur sa tresse qu’il tira violemment. Forçant le garçon sur ses pieds, il baissa la tête jusqu’à ce que leurs deux visages ne soient qu’à quelques centimètres l’un de l’autre.


« Mais es-tu complètement inconscient, égyptien? rugit-il. Tu souhaites donc que je te réduise en miettes? Crois-tu donc que cela me serait impossible pour que tu te moques ainsi de moi? Je t'aurais fait rendre ton dernier souffle avant même que tu n'aies eu le temps d'appeler quiconque à ton secours! Tu ne peux ri... »

Le jeune homme se mordit la lèvre au sang, de nouveau terrassé par la douleur irradiant de l'arrière de son crâne. Il fut frappé par la futilité de toute cette querelle, qui n'améliorerait en rien son état. Il ferma les yeux un instant, puis souffla, une note de lassitude dans sa voix:

« Que me veux-tu, égyptien? Est-ce l'un des jeux pervers auquel s'adonne ton peuple que de tourmenter un homme acculé au pied du mur? Cela te plaît-il? Cela t'amuses que de pousser un Grec à devenir pareil à une bête? »

Cette fois, il ne relâcha pas son emprise sur Iry-Hor, l'attirant au contraire contre lui en tirant sur sa chevelure afin de mieux le dévisager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iry-Hor
Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Admin
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: Le Cachot   Dim 27 Nov - 6:42

Sous ses paupières baissées, Iry-Hor observait le grec et ne fut pas vraiment surpris par la rapidité avec laquelle il réagit.
Il avait remarqué les muscles puissants de ses bras qui tremblaient d'une rage qu'il ne pouvait contenir et voyant cela avait pensé que la phrase de trop qui risquait de lui échapper le mettrait en danger.

Atreides fit volte face et le garçon eut un regard vers la sortie, évaluant la distance qu'il lui fallait franchir pour être hors de portée. Il n'eut pas le temps de bouger qu'à nouveau l'homme l'empoignait, tirant sur sa natte épaisse le forçant à se tordre pour se relever.
Plaqué contre le corps solide, le visage renversé violement en arrière il ne put retenir un gémissement de douleur et ses yeux vert sombre se remplirent de larmes qu'il maudit.
Les dents serrées il tenta de repousser le torse du grec.
Aussitôt que sa main se posa sur la peau de l'homme, le petit serpent abandonna son cou et glissa, fluide jusqu'à l'epaule de son adversaire avant de se glisser dans sa nuque.

Les yeux fardés de l'égyptien s'agrandirent. Il ne pouvait croire que la magie de Sekhmet serve à celui-ci.
Ses paroles s'en trouvèrent hésitantes tant son esprit était troublé par le spectacle du reptile soulageant la douleur de l'esclave
.

"Je ne.. vous êtes pareils à des bêtes sans que mon.. sans que j'y sois pour quelque chose.."

Il tendit la main, passant le bras autour du cou de l'homme pour rattraper le serpent et l'ayant enfin saisit, lutta à nouveau pour se dégager, frappant et griffant la peau bronzée des épaules puissantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-venise.forumactif.com
Atreides
Esclave
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 28/05/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Dim 27 Nov - 7:13

Dans l’attente de la réplique d’Iry-Hor, Atreides ne vit pas tout de suite le serpent se déplacer du cou de son maître à sa propre épaule. Ce n’est qu’en sentant son contact contre sa peau nue qu’il réalisa ce qui se produisait et s’immobilisa soudainement, en proie à une profonde angoisse. Et si le reptile décidait de s’en prendre à lui pour défendre l’égyptien? Et si sa morsure était venimeuse? Retenant son souffle, l’esclave ferma les yeux alors que le petit animal se rapprochait dangereusement près de sa nuque. Était-il instinctivement attiré par le sang qui s’était échappé de la blessure? Planterait-il ses crocs dans sa plaie ouverte? Le Grec avait entendu parler de la mort lente et douloureuse apportée par certains de ces serpents. Il aurait presque préféré être abattu par le Crêtois que d’endurer telle souffrance avant de finalement s’éteindre…

Étrangement, le jeune homme eut l’impression que sa douleur se résorbait miraculeusement. Devenait-il insensible? Était-ce l’engourdissement qui s’emparait de son corps l’instant avant qu’il ne s’éveille devant les tribunaux d’Hadès? Atreides ouvrit les yeux. Il se sentait beaucoup mieux. Sa souffrance précédente avait grandement diminué, ne se réduisant qu’à un léger mal de tête sans trop d’importance, qui lui prouvait qu’il n’était pas mort. Comment expliquer ce qui venait de se dérouler? Le serpent. Les Dieux ne l'avaient peut-être pas tout à fait abandonné, après tout...

Son attention se reporta sur le guérisseur qui semblait avoir perdu de son venin, tout comme son serpent. Si sa langue était devenue inoffensive, il en était tout autre de son corps qui avait recommencé à gigoter contre lui, ses petits poings frappant sans trop de conséquence les bras musclées de l'esclave. Atreides éclata de rire puis, encercla la taille du garçon de son bras pour l'immobiliser, se servant de sa main libre pour relever son menton:


" Serais-tu également sorcier, égyptien? Ma douleur m'a soudainement quittée. Dois-je attribuer mon rétablissement à tes baumes... ou à ton compagnon à qui tu sembles tant tenir? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iry-Hor
Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Admin
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: Le Cachot   Dim 27 Nov - 7:36

Mortifié par le rire du grec, Iry-Hor sentit tout son corps crispé trembler de colère.
Sekhmet à qui il avait voué son existence venait de le trahir en soulageant la douleur de son adversaire.
Il tenta d'échapper encore au bras qui l'enserrait et fixa son regard haineux dans les yeux bruns.
N'y tenant plus, il cracha au visage de l'homme
.

"Tu n'as rien que Sekhmet doive prendre en pitié pour te soulager ! Tu n'es qu'un barbare sans grâce et sans intelligence, à peine bon à nettoyer le sol sur lequel je pose le pied. Chez moi tu aurais été jeté dans une fosse et oublié à tout jamais pour avoir osé rire de moi."

Il se mordit les lèvres au sang.
Un enfant, il se comportait comme un enfant et s'en rendait compte, se haissant pour cela.
Il ne comprenait pas pourquoi la proximité de cet homme, répugnant et grossier, lui faisait perdre son habituel sang froid.
Baissant la tete d'un mouvement brusque il dégagea son menton de la main qui le maintenait et planta profondément ses petites dents pointues dans la chair tendre de la paume. Aussitôt le goût acre du sang lui emplit la bouche et il cracha une nouvelle fois au visage de l'athénien
.
Sur le sol, un rai de lumière frappa le couteau luisant dont il se servait habituellement pour sa médecine et qui avait dû tomber de son sac ouvert à quelques pas.
L'image de la lame taillant dans la chair du grec le fit saliver et ses yeux s'étrécirent. Qu'il le laisse seulement s'en approcher et plus jamais son rire moqueur de résonnerait en sa présence
.
Il mit tout son élan dans le coup de genou qu'il remonta entre les jambes de l'esclave et profitant de la surprise se jeta au sol pour atteindre l'arme sur laquelle il referma la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-venise.forumactif.com
Atreides
Esclave
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 28/05/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Dim 27 Nov - 8:24

L’indignation du guérisseur ne fit qu’augmenter l’hilarité d’Atreides. À présent qu’il se savait protégé des Dieux, il pouvait affronter les obstacles placés sur sa route sans crainte… et il ne comptait certainement pas le petit égyptien comme un obstacle à la réussite de ses projets, tout au plus, un divertissement passager qui avait réussi, par un procédé mystérieux, à atténuer sa douleur. L’Athénien s’apprêtait à répliquer à cette petite teigne qui continuait de s’agiter lorsque la petite teigne en question lui mordit la main. Il ne put retenir un grognement de douleur et relâcha momentanément sa prise sur le garçon. Ce soudain retournement de situation était loin de lui plaire. Il avait réussi à reprendre le contrôle de lui-même et faire perdre le sien à Iry-Hor et souhait continuer dans cette voie. Il essuya la salive qui lui avait été crachée au visage d’un revers de main, abaissant sa défense pour un moment qui lui fut fatal.

Les dents serrées, l’esclave tomba à genoux, la douleur vive l’empêchant de rester debout. Il vit l’égyptien passer devant lui pour se ruer vers un point bien précis. Il tourna alors la tête pour apercevoir un couteau gisant contre le sol… un couteau qui se retrouva entre les mains de son adversaire dans l’instant qui suivit. Il avait survécu à l’assaut du rôtisseur, il ne finirait tout de même pas égorgé par ce gringalet, cousin des Perses! Atreides se lança sur le garçon, le plaquant sur le sol. Il lutta un moment contre lui, mais sa force étant supérieure, il arriva à forcer son opposant à relâcher son arme en tordant cruellement son poignet.

Le Grec récupéra promptement le couteau qu'il prit dans une main, utilisant la seconde pour emprisonner les poignets d'Iry-Hor. Un sourire aux lèvres, il fit glisser la pointe de la lame sur les côtes du garçon pour ensuite descendre jusqu’à ses hanches, sectionnant au passage le tissu de son pagne, puis atteignit ses cuisses, les effleurant sans jamais entailler la peau dorée. Atreides remonta l’arme au niveau de la gorge de l'égyptien où il fit une coupure, juste assez profonde pour que perlent quelques gouttes de sang. Il les fit disparaître d’un coup de langue taquin.


« Tu m’amuses, serviteur de Sekhmet. Tu me rappelles que, tout comme les Grecs, les fils d’Égypte agissent plus qu’ils ne pensent… »

Il appuya le couteau contre la joue de son interlocuteur, le dévisageant avec un sourire satisfait.

« Et maintenant? Que dirais-tu de nettoyer le sol sur lequel je pose le pied? À moins que tu ne préfères baiser directement mon pied comme n’importe quel adorateur de Baal? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iry-Hor
Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Admin
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: Le Cachot   Lun 28 Nov - 1:08

La main d'Iry-Hor s'était à peine refermée sur le couteau que l'esclave se jeta sur lui, l'écrasant sous son poids. Coincé sous le corps musclé de l’athénien, il ne put retenir un cri mêlé de surprise et de douleur. Les dents serrées de colère, il lutta pour conserver l'arme, seule issue de secours dans sa position vulnérable, mais la forte poigne qui lui tordait le bras lui fit lâcher prise.
Immobilisé, les mains ramenées au dessus de la tête, le sang se glaça dans ses veines quand le fil de la lame glissa sur sa peau dorée.
Il sentit le tissu de son pagne céder et se mordit les lèvres.
Que cherchait l'athénien ? Voulait-il seulement l’intimider ou était-il de ces érastes qui prenaient plaisir à dominer les garçons plus jeunes ?
La lame vint entailler sa gorge de la même manière que ce qu’avait subi Anthéa un peu plus tôt. Il pensa sa dernière heure venue jusqu'au moment où le contact chaud de la langue de l'homme sur la blessure qu'il venait de lui infliger lui fit écarquiller les yeux.
Lentement, son esprit s'éclaircit et il entrevit une issue à la situation qu'il subissait.

Sans geste brusque, il replia sa jambe fine et l'enroulant doucement autour des reins de l'homme, l'attira contre lui dans un mouvement lascif pendant que ses doigts se mêlaient à ceux qui le retenaient, glissant lentement sa peau mate contre celle de son adversaire.
Evitant de penser au couteau sur son visage, il adoucit ses yeux et coula sous ses paupières fardées un regard enjôleur. Dans sa voix au timbre caressant, aucune trace d'agressivité ne perça
.

"C'est cela que tu veux, Atreides ? Les éphèbes d'Athènes te manquent ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-venise.forumactif.com
Atreides
Esclave
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 28/05/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Mar 29 Nov - 6:45

Atreides savourait le sentiment de puissance que lui procurait la présente situation. Après tout, quoi de plus grisant que d’avoir la vie d’un homme dans le creux de sa main? C’était encore plus jouissif que de savoir la destinée d’un peuple entre ses mains car, malgré le pouvoir qu’on en retirait, cette sensation était bien moins tangible, réelle, voire même intime que de tenir un couteau contre la gorge de son adversaire, de se savoir capable de lui retirer la vie d’un seul geste bien simple. Ne suffisait que d’exercer une pression plus forte, entailler la peau, puis sectionner les tissus…

Le Grec s’était attendu à un éventail de réactions de la part du guérisseur : la peur, la panique, la rage… mais certainement pas ce qui se produisit. Ses yeux en amande s’agrandirent lorsqu’une jambe se referma autour de sa taille, forçant à presser son bassin contre le corps menu du garçon. Pire, ces doigts qui, plutôt que d’essayer de se dégager, caressaient les siens, qui tentaient de demeurer aussi impitoyables, refusant de s’abandonner à ce si agréable toucher… L’esclave déglutit quand, plutôt que de s’emplir de frayeur, les yeux d’Iry-Hor se firent charmeurs, éveillant un feu ardent dans son corps.

Le brave, le vaillant, le courageux et sans peur Ulysse face à une créature armée des charmes de la sorcière Circée et d’une voix aussi envoûtante qu’une sirène.

Le brave, le vaillant, le courageux et sans peur Ulysse avait aussi succombé aux délices de Circée. Et s’il n’avait pas rejoint les sirènes, c’est qu’on l’avait ligoté à son mât pour ne point qu’il puisse répondre à leurs appels. Se retrouvant démuni devant cette situation pour le moins inattendue, sans aucune entrave morale comme physique, Atreides s’abaissa et prit les lèvres de l’égyptien dans un baiser sauvage, presque possessif.

Le souffle court, l'Athénien releva la tête et dévisagea son captif d'un air confus. Que venait-il de faire? Avait-il vraiment embrassé le guérisseur? Son désarroi se mua bien vite en fureur. Il avait encore été abusé par l'un des sortilèges de cet étranger au regard troublant! Sa main se crispa autour du couteau. Se redressant de façon à ce qu'il se retrouve assis contre le ventre du jeune homme, Atreides releva en l'air son poing refermé autour de l'arme.


" C'est un autre jeu, c'est ça, égyptien? Ou bien est-ce là une coutume de ton peuple que de te déshonorer ainsi? "

Ses joues étaient rougies par la colère, mais également par cette passion que savait déchaîner en lui ce garçon insignifiant, qu'il commençait à trouver de plus en plus dérangeant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iry-Hor
Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Admin
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: Le Cachot   Mar 29 Nov - 22:53

La statisfaction d'avoir vu juste dans la personnalité du grec aurait fait sourire Iry-Hor si une autre sensation n'avait pas pris le pas sur le sentiment de victoire.
Le trouble qu'avait ressenti l'homme à son contact le gagnait à son tour. Et c'était une chose qu'il n'avait pas du tout prévue.

Ses yeux s'écarquillèrent sous le baiser brutal que lui donna l'esclave et il ne put s'empécher de le lui rendre, de la même manière violente, affamée et sans tendresse.
Quand Atreides se redressa, le guérisseur chercha un instant son souffle que le baiser lui avait fait perdre, passant un doigt incrédule sur ses lèvres meurtries.
Puis il leva les yeux vers l'homme et sa position, son visage où la colère et le trouble se mélaient, le couteau levé, menaçant, lui firent reprendre ses esprits en une seconde.

Il leva lentement la main et la posa sur le bras du grec, laissant glisser ses doigts jusqu'à son poignet où il fit une pause. Dans la vie qui pulsait là, il sentit le coeur de son adversaire battre la chamade.

L'égyptien plongea son regard adouci dans les yeux bruns et sa voix eut un goût de tristesse étonnée quand il prit la parole
.

"Pour quelques mots que j'ai dits et le baiser que tu m'as pris, tu vas me tuer Atreides ?"

Sans détourner les yeux, il remonta sa main sur le poing serré et referma à son tour les doigts, logeant la lame au creu de sa paume.

"Pour mon déshonneur ou pour le tien ?" Murmura-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-venise.forumactif.com
Atreides
Esclave
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 28/05/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Sam 3 Déc - 8:50

Atreides n’arrivait à calmer cette haine bouillante à l’intérieur de lui, consumant son être entier comme un véritable brasier. Il se sentait dévoré par cette rage qui l’obligeait à ne jamais baisser la tête, à ne jamais s’excuser, plier l’échine ou faire preuve de douceur, l’encourageant plutôt à user de violence dans chacun de ses actes. Il ne pouvait expliquer cette agressivité naturelle qui faisait de lui un être si dangereux, lorsque hors de contrôle. Petit, il se souvenait avoir battu presque à mort un autre enfant qui s’était moqué de ses traits de ‘métèque’. Plus tard, c’était par la parole qu’il avait détruit ses rivaux, bien qu’il ait encore recours aux poings quand le conflit s’envenimait. Puis, sa position d’influence lui avait permis d’employer des moyens plus fins de se débarrasser de ses ennemis. À présent qu’il se retrouvait au niveau d’esclave, il ne lui restait que sa force et son orgueil si facilement piqué pour se défendre face aux obstacles.

Peut-être n’avait-il seulement pas compris que cette colère qui l’animait était la raison de sa chute, la cause de son emprisonnement dans ce cachot, le pourquoi il se retrouvait au-dessus d’Iry-Hor, un couteau à la main. Peut-être aussi ne le réaliserait-il jamais et poursuivrait-il dans son ignorance jusqu’à ce qu’il soit forcé d’ouvrir les yeux ou que son inconscience le mène tout droit vers sa propre destruction, un processus déjà enclenché.

L’Athénien se retrouvait tiraillé entre son désir et sa fureur, cette main à l’aspect fragile refermée autour de la lame de son arme, ne lui offrant aucune résistance en geste de défi ou de paix, et sa propre main, réclamant vengeance, souhaitant que le sang soit coulé pour que soit lavé son honneur. Ce furent finalement ces yeux verts et cette voix douce qui eurent raison de lui. Un gémissement d’animal blessé s’échappant de ses lèvres, l’esclave se pencha de nouveau pour embrasser son adversaire, cherchant sa bouche avec une urgence teintée de désespoir. Son premier baiser fut aussi brutal que le précédent… mais le second fut presque doux, hésitant, alors que sa langue caressait les lèvres que ses dents avaient meurtries un instant plus tôt et que ses mains, ayant abandonné toute pensée belliqueuse, explorait ce corps qui leur était offert.

Mille sensations envahissaient le corps du jeune homme : plaisir, soulagement, espoir, mais aussi, la honte, le fil conducteur de sa hargne, qui ne tarda pas à refaire surface. S’immobilisant soudainement, le Grec fronça les sourcils et se redressa subitement, toute tendresse désormais disparue de son visage pour être remplacée par cette haine si familière. Encore! Encore une fois il avait cédé, encore une fois il s’était laissé prendre dans les pièges de ce sorcier. Encore, il avait failli. Tout ça, à cause de cet Iry-Hor, mais aussi du Crêtois, d’Anthéa, du marchand, du rôtisseur et de Miclès! Des archontes, des autres stratèges, de son père comme sa mère! Il leur montrerait, oh que oui, il saurait leur montrer de ce dont il était capable. Si toute sa vie, il avait rêvé de puissance et de gloire, c’était pour leur montrer qu’il pouvait très bien se débrouiller sans eux, qu’il n’avait besoin de personne pour réussir et devenir le meilleur… Et ce n’était certainement pas ce guérisseur de pacotille qui allait le convaincre du contraire!

Des larmes de rage dans les yeux, Atreides empoigna le garçon par les cheveux tandis que son poing s’enfonçait dans le creux de son estomac, l’envoyant voler contre le mur. Il fondit sur lui, le prenant de nouveau à la gorge.


« Pourquoi, égyptien? s'exclama-t-il. Les dieux t’ont-ils envoyé pour me faire perdre la raison? Qui es-tu? Qu’attends-tu de moi? s’enquit-il, sa voix se réverbérant contre les murs de pierre. Je suis faible, est-ce que c’est ce que tu veux entendre? Je n’ai plus d’honneur, on me l’a volé le jour où on m’a fait esclave! Était-ce cet aveu que toi, que vous désiriez tant? ? »

Il resserra sa poigne, les dents serrées, ses yeux noirs devenus opaques.

« Mais… Peu importe ce qui arrivera… Je ne baisserai pas la tête, m’as-tu compris? Je ne les laisserai jamais m’avoir. Plutôt mourir, je mourrai avant d’avoir mis un genou en terre devant aucun d’eux! Qu’ils me fouettent, me battent, me mettent aux fers, brisent mes membres ou m’envoient dans un bordel! »

Son coeur battait à toute vitesse au rythme de sa colère, il lui semblait que son être entier brûlait.


« Je. Ne. M’inclinerai. JAMAIS! » rugit-il.

Lentement, sa prise s'affaiblit alors que son corps commençait à être agiter de tremblements, cette fois-ci, causés par autre chose que sa fureur dévastatrice.


« Jamais, » répéta-t-il, d'une voix sourde, sa main glissant du cou d'Iry-Hor pour tomber à plat sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicias
Notable
avatar

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 06/12/2004

MessageSujet: Re: Le Cachot   Mer 18 Jan - 5:37

[Portique]

C'est sombre, et plongé dans ses réflexions que Nicias parcourut la distance entre le portique et le cachot, la conduite à adopter le laissait perplexe. Il maudissait les terriens et leur pudibonderie, il n'y avait pas à se poser de telles questions avec cet esclave, c'était un mutin, et il devait être puni en conséquence par la mort...

Il n'eut pas un mot, ni même un regard pour Lysias, il avait trop à faire avec sa propre conscience pour s'en soucier.

Mais une surprise de taille l'attendait une fois devant le cachot.

A l'intérieur se trouvait à la fois la "bête féroce", et Iry-Hor. Un Iry-Hor qui semblait sous la menace d'Atreides. Une situation qui provoqua une bordée de juron marin de la part de l'ancien capitaine...

Il n'y avait pas de temps à perdre, faisant glisser son sabre hors de son fourreau, il fit à Lysias :


"Je crains avoir besoin de ton aide citoyen, quelqu'un vient de se jetter dans les griffes du monstre..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysias
Notable
avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Mer 18 Jan - 16:17

[le portique]

La bordée d'injures de Nicias avait brusquement ramené Lysias bien des années en arrière du temps où lui-même avait passé plusieurs années sur un bateau.
Malheureusement le temps n'était pas aux souvenirs.

Lysias ne savait absolument pas quoi faire physiquement, il n'allait quand même pas se précipiter sur l'esclave, cela risquerait de l'abîmer (lui, pas l'esclave).

Mais son esprit biscornu travaillait déjà et venait de lui envoyer en un instant tout un réseau d'images destinées à l'aider à prendre une décision : Atréidès marchant à côté d'Anthéa, "un athénien" disait le marchand, un vague sentiment de déjà-vu, le mouvement de tête qu'il avait eu lorsqu'il avait paru devant les acheteurs, la chaîne, la main d'Atréidès posée à côté du cou de l'Egyptien...

Restant à une distance raisonnable, vérifiant que sa dague était accessible dans les plis de sa toge, Lysias, toujours dans l'encadrement de la porte, le soleil brillant derrière lui, s'adressa directement à Atréidès, d'une voix douce mais ferme, presque impérieuse et pleine de reproche.


"Athénien ! Tu laisses la captivité faire de toi une bête violente et sans esprit ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iry-Hor
Guérisseur
avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Admin
Date d'inscription : 03/12/2004

MessageSujet: Re: Le Cachot   Mer 18 Jan - 22:25

Le baiser d'abord, les coups ensuite, firent qu'Iry-Hor ne sut plus pendant un moment où il se trouvait.
Envoyé contre le mur et retenu par la main puissante qui l'étranglait il eut brievement conscience de l'absurdité de la situation. Cet homme qu'il était venu soigner, puis qu'il avait insulté en toute connaissance de cause et qui finalement s'avérait être beaucoup moins intéressant qu'il ne l'avait cru de prime abord, cet homme là l'étranglait en le regardant dans les yeux.
Il accrocha de ses doigts fins la poigne dure pour tenter de la desserrer mais rien n'y fit.
Puis, brusquement, alors qu'il était sur le point de perdre connaissance, un voile rouge déjà devant les yeux, le grec le lacha et il chut sur le sol comme un tas de chiffons abandonnés.

Le nez dans la poussière, il ramena ses jambes sous lui et chercha son souffle enfui.
Il n'eut que vaguement conscience de l'arrivée des deux hommes, un bruit de pas et des voix qui résonnèrent confusément dans son esprit embrumé
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-venise.forumactif.com
Atreides
Esclave
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 28/05/2005

MessageSujet: Re: Le Cachot   Mar 7 Fév - 2:09

Le souffle court, Atreides était demeuré debout, les poings serrés, son corps tremblant d’une colère à peine contenue. Il n’accordait plus aucune attention à Iry-Hor, affalé contre le sol, trop fiévreux, trop agité. Il revoyait devant ses yeux cet esclave qu’il avait battu à mort dans un accès de fureur, après que celui-ci lui eût manqué de respect, ou bien encore, ce garçon qu’il avait grièvement blessé en s’entraînant à la lutte lorsque ce dernier l’avait surpassé. Il observa ses mains avec perplexité. Lui qui croyait en la force de l’esprit, en le pouvoir infini de la connaissance, il n’arrivait à s’expliquer cette violence qui semblait jaillir de lui chaque fois que son orgueil était bafoué.

L’Athénien en était à ce point dans ses réflexions lorsqu’une voix qu’il avait déjà appris à haïr le tira brusquement de ses pensées. Il fit volte-face, repérant le couteau abandonné sur le sol. Il fronça les sourcils en voyant que Nicias était accompagné d’un deuxième homme. Un Phénicien, à en juger par son apparence, et pas des plus féroces, si on continuait à se fier à son physique. Que faire? Désarmé face au Crêtois qui avait déjà tiré son sabre hors de son fourreau, en infériorité numérique devant ces deux hommes ainsi que le guérisseur, s’il retrouvait ses esprits… Sa situation n’était pas des plus brillantes. Il pouvait bien entendu tenter de récupérer l’arme par terre et tenter à nouveau de marchander en prenant l’Égyptien en otage, mais il avait pu constater plus tôt que Nicias n’avait aucun scrupule à sacrifier la vie d’autrui. S’il n’avait même pas essayé de sauver Anthéa, qu’il semblait fort apprécier, quelle valeur pourrait bien représenter Iry-Hor? User de la force ne semblait décidément pas la solution, mais y avait-il un échappatoire au sort qui l’attendait certainement aux mains de ce barbare de Crêtois?

Plongé dans un profond dilemme, ce fut finalement le curieux Phénicien qui le tira d’embarras par sa question. Il paraissait prêt à parlementer et faisait déjà preuve de plus de considération envers lui que le sauvage brandissant son sabre. Atreides n’aimait pas cette voix autoritaire, malgré sa douceur, qui lui rappelait celle de ses pédagogues trop bornés pour reconnaître son plein potentiel. L’inconnu lui offrait néanmoins la porte de sortie qu’il cherchait désespérément, c’est pourquoi le Grec consentit à lui répondre.


« Que sais-tu de la captivité, étranger? Peut-être que si on t'avait arraché à ta Cité, on t'avait enchaîné puis, roué de coups, jeté dans une cale humide et sombre pour finalement être vendu à cette immondice de Crêtois... peut-être alors perdrais-tu un peu de cet esprit qui nous est inhérents, à nous, hommes, et point aux bêtes, dont fait partie cette brute épaisse à tes côtés et qu'il me faut désormais appeler maître. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Cachot   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Cachot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Un cri dans la nuit [Ilinsar et Merwyn]
» Ça va exploser ! - Fred
» La Guerre froide
» Il y à pire que la torture Physique ! || Eric Dearbrone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KALYMNOS :: LES EXTERIEURS :: Le Bord de Mer :: Villa de Nicias-
Sauter vers: