KALYMNOS


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Damara - esclave du temple

Aller en bas 
AuteurMessage
Damara
Esclave vouée au Temple de Nérée
avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Damara - esclave du temple   Ven 26 Aoû - 15:31

Nom : Damara
Âge : 17 ans
Origine : Grèce, Athènes
Métier, Condition Sociale : Esclave du temple

Histoire :

C’est une histoire banale que celle de Damara. Du moins, en ce qui concerne sa naissance. Tout débute à Rome, dans une ruelle sombre, près d’un quartier essentiellement réservé aux marchands grecs. Au pied d’un mur, un enfant qui crie. Mais le bruit de la foule couvre ses pleurs, et personne ne prend garde au nourrisson abandonné dans l’ombre. Personne, sauf un marchand grec, qui, en baissant la tête aperçoit le petit ballot, blotti sous un porche obscur. Léandre, comprend vite la raison de la présence incongrue du bébé dans cette rue déserte. Le marchand connaît la coutume : à la naissance d’un enfant dans une famille, le père prend le bébé dans ses bras et l’examine attentivement. Si l’enfant présente une quelconque difformité, il est abandonné dans la rue. De même, si l’enfant se révèle être une fille au lieu du garçon, de l’héritier tant attendu, il est destiné au même sort : livré à qui voudra de lui. Bien sûr, toute les familles n’agissent pas de cette façon, mais c’est pourtant monnaie courante à Rome. Le nourrisson que Léandre a sous les yeux est enveloppé d’un drap de lin fin. Il en conclut que l’enfant provient d’une famille aisée. Une famille riche a pourtant les moyens de garder une fille, en attendant le prochain enfant ! Peut-être est-ce alors le fruit d’un union coupable ? Léandre laisse de côté ses hypothèses et prend le nourrisson dans ses bras. Ôtant un pan de drap qui occulte le visage du bébé, il laisse échapper un cri de stupeur. C’est une fille et ses yeux sont vairons : l’un marron, l’autre bleu.

La suite de l’histoire de Damara est banale. Recueillie par le marchand qui l’emmène en Grèce, à Athènes, elle grandit chez Léandre, célibataire endurci, citoyen actif et pieux. C’est lui qui lui enseigne les croyances et les légendes, lui décrit les dieux et lui raconte leurs aventures. Il ne la maltraite pas mais ne lui témoigne aucun sentiment d’affection, comme si Damara n’était là que trop peu de temps pour que cela vaille la peine de s’y attacher.

Jusqu’à l’âge de 8 ans, Damara (qui doit son nom à la sœur défunte de Léandre) vit peu à l’extérieur, hormis de longues promenades solitaires dans la campagne. Sage et silencieuse, elle se nourrit de livres et d’histoires, reste parfois des journées entières à réfléchir en marchant entre les oliviers. Son imagination se développe considérablement. Léandre s’aperçoit vite, alors qu’elle atteint sa 15e année, que Damara est très intelligente, ce qui l’inquiète beaucoup car la jeune fille est très belle. Or, la beauté et l’intelligence ne font pas bon ménage, surtout chez une femme, estime le marchand. Il décide dès lors de cloîtrer Damara à la maison. Damara s’en accommode fort mal ; bien que très discrète, elle aime sa liberté plus que tout au monde. Elle rend la vie infernale à Léandre. Le marchand décide alors de la vendre, comme il s’était promis de le faire lorsqu’il avait recueilli le bébé par pitié.

Quelques jours après cette décision, Damara est vendue sur un marché aux esclaves et achetée par un marchand de Thessalie. Celui-ci l’emmène sur l’île de Kalymnos où il doit traiter certaines affaires qu’il garde secrètes. Mais, peu de jours après son entrée au service de son nouveau maître, celui-ci est retrouvé sur la grève, le corps disloqué. Damara se retrouve alors sans maître, libre enfin. Mais la jeune fille se rend bien vite compte qu’un femme seule ne peut rien, à part se marier pour assurer sa survie, ou bien devenir courtisane. Elle se refuse obstinément à ces 2 solutions, et comprend que son seul espoir est de redevenir esclave. La mort dans l’âme, elle propose ses services au temple de Nérée, mettant en valeur ses connaissances en matière de religion, et y est admise.

Depuis que Damara est arrivée sur l’île de Kalymnos, elle souffre de migraines tenaces que nulle médecine n’arrive à calmer.


Apparence Physique :

Damara possède un corps de jeune fille à la silhouette fine et déliée. Une tunique de lin fin cache ses formes aux contours agréables à l’œil, mais dévoile tout de même sa gorge nue, qui n’est ornée d’aucun bijou. Souple comme un chat, sa démarche est fluide et légèrement dansante.
Elle prend très soin de ses mains aux doigts longs et fins, prenant garde de ne pas les abîmer en effectuant ses tâches. Elle déteste les avoir sales et vérifie constamment leur propreté, une manie qui tourne parfois à l’obsession quand Damara est troublée.
Le visage de la jeune fille est pourvu de traits fins qu’encadrent une cascade de cheveux d’un châtain riche au reflets cuivrés, retenus sur la nuque par un lacet de cuir. Sa bouche aux lèvres sensuelles s’étire parfois en un sourire étrangement juvénile, qui crée deux fossettes rieuses. Sa voix est claire et bien timbrée. Elle ne l’élève que très rarement.
Un menton au contour doux, des joues veloutées à la courbe pure et un nez droit et discret, la beauté de Damara s’exprime dans chaque partie de son visage. Mais ce sont ses yeux, ourlés de longs cils qui attirent l’attention.
L’un d’eux est d’un marron très doux, qui prend parfois des reflets gris perle. L’autre est d’un bleu profond, qui fait songer à un lac aux eaux dormantes. Mais ne dit on pas que les eaux dormantes sont celles dont il faut se méfier ?…

Caractère :

Damara est d’un naturel calme et réfléchi. Elle parle peu mais ses paroles sont claires et pertinentes.
La jeune fille, à qui Léandre a révélé les circonstances de sa naissance, reste secrètement mortifiée par son abandon. Elle a un besoin insatiable d’affection, chose que ses parents ou Léandre n’ont jamais pu lui donner.
Farouchement attachée à sa liberté, Damara ne se considère pas comme une esclave, ou du moins estime son état temporaire.
Pleine d’humour, la jeune fille aime répliquer aux personnes qui la méprisent, mais sur un ton si sage que personne n’y trouve rien à redire : elle ne joue pas avec le feu, ou alors très prudemment.
Damara aime à se promener seule dans la campagne, à réfléchir sur des sujets qui la touchent. Elle se plaît à imaginer que le vent qui caresse ses cheveux est l’haleine des dieux qui veillent sur elle. Bien qu’elle n’y trouve pas toujours de réponses à ses questions, elle en ressort chaque fois apaisée et sereine.
Elle effectue ses tâches au sanctuaire avec patience et docilité, toujours prête à rendre service, elle aime qu’on l’apprécie et possède un sens aigu du devoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Damara - esclave du temple
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Temple de Danava
» Temple of forgetfulness...
» [Dan]Au temple de Shallya
» Temple de Kyûbi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KALYMNOS :: PERSONNAGES :: Présentations-
Sauter vers: